Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du janvier, 2015

Médias et défis pastoraux pour l'Afrique

L’Afrique face aux évolutions de la technologie et de la culture des médias : actualité des défis pastoraux pour la vie et la mission de l’Eglise
Je n’ai rien à voir avec le Conseil pontifical pour les communications sociales. Et je dois d’autant plus remercier qu’on m’ait demandé à moi d’aborder ici le thème des défis pastoraux. Je dis « aborder » parce que j’ai compris qu’en ce dernier jour de notre séminaire, il s’agit, en quelque sorte, de recueillir ou plutôt de glaner le fruit des échanges précédents.
Les défis pastoraux face aux évolutions de la technologie et de la culture des médias dans la vie et la mission de l’Eglise peuvent se ramener au défi du développement humain relevé en 1967 par le pape Paul VI.

Discours d'ouverture à l'Assemblée plénière mixte des supérieurs religieux

Dans la cathédrale Notre-Dame du Congo de Kinshasa, le lundi 26 janvier, Soeur Astrid Ntumba, présidente de l'Union des Supérieures Majeures, a prononcé le discours d'ouverture de l'Assemblée plénière mixte des supérieurs majeurs des congrégations religieuses masculines et féminines de la RDC.
Ecouter ici le discours.

"La vie consacrée, communauté d'évangélisation en RD Congo"

Quelque 150 religieuses et religieux, supérieurs des congrégations masculines et féminines, sont réunis au Centre catholique Nganda de Kinshasa pour la tenue d'une Assemblée plénière mixte, sous le thème : "La vie consacrée, communauté d'évangélisation en RD Congo". Les travaux se déroulent du 26 janvier au 2 février.

Le travail ou la prière

Au cœur des jours et des nuits
Le travail ou la prière ?
C’est un chrétien qui regrette d’avoir trouvé du travail. Il n’a plus le temps de rester longtemps dans l’église comme il le faisait voilà quelques mois encore. Il regrette même d’être tellement fatigué le dimanche qu’il ne peut plus aller à la prière que difficilement. Et il commence même à trouver long, très long le temps consacré à la prédication par le pasteur. Ce n’était pas le cas autrefois.
C’est un démon qui le hante, lui révèle son voisin dans le bus. Et le voisin prétend, lui, échapper totalement au diable parce qu’il est devenu lui-même un serviteur de Dieu, un pasteur. Il passe tout son temps dans l’église. C’est le travail qu’il a trouvé depuis peu.

Vient de paraître aux éditions Baobab : Gratuité et fidélité à l'idéal. 50 ans de vie sacerdotale de Faustin Angus

A Kabgayi (Rwanda), des universitaires catholiques d’Afrique ont pensé la communication

Le Conseil pontifical pour les communications sociales a misé bien gros en organisant, du 14 au 16 janvier, un séminaire sur les enjeux et défis actuels des Facultés de communication et Ecoles supérieures de journalisme catholiques en Afrique. Le président du Conseil pontifical, Mgr Claudio Maria Celli est venu en personne au Centre saint André de Kabgayi au Rwanda. Le 14 janvier, Mgr Celli a rappelé, dans le discours d’ouverture, que la communication est d’abord une question anthropologique avant toute considération technologique.

Clôture de la 3ème Assemblée générale du COSMAM

La troisième Assemblée générale de la Confédération des Conférences des Supérieurs Majeurs des personnes consacrées d’Afrique et Madagascar s’est clôturée le dimanche 18 janvier par une messe présidée dans la cathédrale Notre-Dame du Congo par l’archevêque de Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo, messe concélébrée notamment par l’évêque de Matadi, Mgr Daniel Nlandu.

Dieu et le motocycliste

Au cœur des jours et des nuits Dieu et le motocycliste Le motocycliste qui me conduit au studio de la radio catholique Elikya me confie sa foi. Dieu est bon, me fait-il remarquer. Les après-midi de forte chaleur à Kinshasa et surtout lorsque le ciel menace de faire tomber la pluie, le conducteur de moto se dit que Dieu est vraiment un père qui aime ses enfants et veille sur eux. La forte chaleur oblige beaucoup de Kinois à chercher une moto pour rentrer chez eux. Et les affaires marchent !
Je rétorque que Dieu doit être bien embarrassé s’il doit écouter et exaucer la prière des conducteurs de moto et écouter et exaucer la prière de bien des pauvres gens qui n’ont pas de quoi payer et qui marchent pour regagner leur toit. La pluie et la chaleur ne font pas leur affaire !

Conférence au Séminaire sur les facultés de communication et les écoles de journalisme

"L’Afrique face aux évolutions de la technologie et de la culture des médias : actualité des défis pastoraux pour la vie et la mission de l’Eglise".

Le nom de la soeur

Au cœur des jours et des nuits
Le nom de la soeur
La sœur prénommée Germaine n’a jamais accepté de donner son nom de famille. A ma demande insistante, elle ajoute tout au plus le nom de sa congrégation religieuse. Et je me dis que la sœur fait comme la plupart des Congolais. Beaucoup ne font aucune différence entre le prénom, le post-nom et le nom de famille. C’est vrai : ils ignorent la différence. Sur les plateaux de télévision, à la radio, les animateurs appellent les invités par leurs prénoms comme s’ils étaient en famille, comme s’ils étaient copains.

Vie consacrée : Rendez-vous des supérieurs majeurs d'Afrique et Madagascar à Kinshasa

Le mercredi 14 janvier, dans la salle du centre culturel Boboto de Kinshasa, le préfet de la Congrégation pontificale pour les instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique, le cardinal Joao Braz De Aviz, procédera à l’ouverture des travaux de la troisième assemblée générale de la Confédération des Conférences des Supérieurs majeurs masculins et féminins d’Afrique et de Madagascar (COSMAM). De quoi sera-t-il question lors de cette assemblée de 5 jours ? Réponse du père Jean-Claude Nzembele, président de la Confédération des Conférences des supérieurs majeurs.

Remonter dans sa propre histoire

Au cœur des jours et des nuits
Remonter dans sa propre histoire
Les ancêtres de Jésus de Nazareth, on les connaît : les parents de Marie, la mère de Jésus, s’appelaient Joachim et Anne, d’après la tradition des Eglises catholique et orthodoxe. Du côté du père nourricier Joseph, de la tribu de David, une très longue liste est donnée dans l’évangile selon saint Matthieu. Joseph avait pour père Jacob. On l’aura entendu les derniers jours du temps liturgique de l’Avent, peu avant la Noël. La longue liste compte 14 générations d’Abraham à David, 14 générations également de David jusqu’à l’exil à Babylone et 14 autres générations depuis l’exil à Babylone.

La révolution dans le bruit

Au cœur des jours et des nuits
La révolution dans le bruit Dans la capitale Kinshasa et dans les villes du pays, nous avons fêté Noël et le Nouvel an dans le bruit. Un bruit d’autant plus fort que les fêtes de fin d’année sont bien les dernières de l’année, et l’on voudrait y aller jusqu’à l’ivresse. Parce que le bruit donne aux citadins, semble-t-il, l’euphorie que procure l’alcool, par exemple. Plus il y a de bruit, dans nos villes, mieux on se sentirait dans son corps et peut-être aussi dans son esprit. Mais le calme, le silence, il faut désormais sortir de nos villes pour le trouver et en bénéficier. Il y en a qui craignent la folie lorsqu’on les tient dans le silence, dans le calme. Le silence fait peur. Il vous oblige à penser à vous. Il vous oblige à faire attention, à écouter l’autre qui souffre, l’autre qui vous aime, l’autre qui pense, qui réfléchit, qui argumente.

Pour la paix dans le Kivu

Au cœur des jours et des nuits
2015 : pour la paix dans le Kivu
Amani. C’est le nom que portait l’adolescent rencontré le 19 mars 2009 dans le camp de déplacés de guerre de Kiwanja, à 5 kilomètres de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu, à 70 kilomètres de la capitale provinciale Goma. Dans le camp de Kiwanja, en 2008, des hommes armés avaient perpétré un massacre sans nom. Le Comité permanent de la Conférence épiscopale nationale du Congo s’était alors indigné à juste titre. Les évêques ont publié, le 13 novembre 2008, une déclaration comme cri de détresse et de protestation contre ce qu’ils redoutaient comme un « génocide silencieux ».

Une nouvelle mauvaise année ?

Au cœur des jours et des nuits
Une nouvelle mauvaise année ?
Un ami a pronostiqué que l’année nouvelle 2015 sera une mauvaise année. Voilà une vraie mauvaise manière de souhaiter la nouvelle année à ses amis et à son pays. Mon ami est un porteur de mauvaises nouvelles. Il n’en est pas fier, dit-il. Il dit lire la réalité. Il dit donner tout simplement lecture des signes du temps qui se montrent partout. Il insiste. Et il cite Jésus de Nazareth. Au chapitre 16 de l’évangile selon saint Matthieu, Jésus dit aux Pharisiens et aux Saducéens : « Le soir, vous dites : le temps sera beau car le ciel est bien rouge ; et le matin : Aujourd’hui, nous aurons de la tempête, car le rouge du ciel n’est pas beau. Vous savez donc interpréter l’aspect du ciel, mais les signes des temps, vous ne le pouvez pas ! » (Matthieu 16,2-3)

Vivre l’appartenance tribale dans la foi au Christ

A la lumière de la fête de l’Epiphanie du Seigneur, les missionnaires oblats de Marie Immaculée vivront le témoignage de leur appartenance à la même congrégation religieuse alors qu’ils proviennent de diverses origines. Dans la foi au Christ, les Oblats vivront autrement leur appartenance tribale. Le supérieur provincial en RDC, le père Abel Nsolo, l’a expliqué ainsi dans l’homélie de la messe concélébrée le dimanche 4 janvier en clôture d’une Assemblée provinciale ouverte le vendredi 2 janvier. La messe a été présidée par le père Basile Malu, l’un des trois jeunes prêtres oblats ordonnés en 2014. Ils sont venus de Panguila, de Namacunde et de Luanda en Angola mais aussi de diocèses de la RDC : Kikwit et Idiofa, dans la province du Bandundu, Isangi dans la Province Orientale et Kinshasa.