Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juillet, 2015

Le cercueil du cardinal

Au cœur des jours et des nuits Le cercueil du cardinal

Le musée Cardinal Malula inauguré récemment à Kinshasa-Limete rappelle le cercueil du cardinal Frédéric Etsou. Voilà deux pasteurs de l’Eglise de Kinshasa qui se ressemblent. Des philosophes nous l’ont dit avec raison : C’est lorsque s’achève l’histoire d’un être humain sur terre que les autres peuvent enfin la lire et comprendre vraiment qui était le défunt. Frédéric Etsou et Joseph-Albert Malula, la fin de leur vie a révélé ce qu’ils ont été et que nous n’avons jamais vu ni peut-être imaginé auparavant.
Une journaliste qui a visité le musée Cardinal Malula a vite retenu le climat dans la vie du grand personnage : la simplicité. La journaliste n’a pourtant pas tout vu ni appris non plus. Par exemple : elle n’a pas entendu la religieuse qui me racontait que dans la salle de bain, le dernier porte-savon du cardinal Malula portait un amoncellement de bouts de savon. Le grand homme vivait ainsi : Un reste de savon en attendait un autre …

Clôture de la célébration du centenaire de sainte Anne de Kinshasa

Une trentaine de jeunes gens et jeunes filles étaient alignés devant l’archevêque de Kinshasa dans l’église sainte Anne de Kinshasa-Gombe le dimanche 26 juillet. Le cardinal Laurent Monsengwo a demandé que leur réponse ne soit pas timide. Ces jeunes répondaient aux questions de l’archevêque en guise de la profession de foi. Ils ont ensuite reçu le sacrement de la confirmation. L’archevêque les a exhortés à être des évangélisateurs parmi leurs amis comme ce jeune garçon dont parle l’évangile selon saint Jean. Le jeune garçon avait cinq pains et deux poissons, et Jésus les multiplia pour nourrir cinq mille hommes. Les jeunes filles et jeunes gens seront aussi des évangélisateurs sur les traces des missionnaires de Scheut qui ont fondé la paroisse sainte Anne de Kinshasa en 1914. Le dimanche 26 juillet, le cardinal Monsengwo présidait la messe dans cette église pour la clôture de la célébration du centenaire.

Ordination du 25ème prêtre diocésain de Bondo

Le vingt-cinquième prêtre du diocèse de Bondo, dans la province du Bas-Uélé, a été ordonné le dimanche 26 juillet dans la cathédrale sainte Croix de Bondo. C’est monsieur l’abbé Blaise Yenga, ordonné par son évêque, Mgr Etienne Ung’Eyowun. En sept ans d’épiscopat, l’évêque de Bondo ordonnait son septième prêtre. Il a aussi ordonné, le dimanche, deux diacres : Ghislain Biatalani, pour le clergé diocésain, et Pascal Milungo, pour les missionnaires comboniens. 
A l’homélie de la messe, Mgr Ung’Eyowun a présenté la grandeur du sacerdoce qui réside dans la fidélité à l'appel reçu de Dieu, la communion à l’évêque, la prière constante et la charité pastorale, bref dans l'exercice enthousiaste de la triple fonction d’enseigner, de sanctifier et de gouverner.

Dix ans d'épiscopat de l'évêque de Kilwa-Kasenga

L'évêque de Kilwa-Kasenga, dans la province du Haut-Katanga, Mgr Fulgence Muteba, a accompli ses dix ans d'épiscopat le jeudi 23 juillet. La fête a été célébrée par la communauté chrétienne le dimanche 19 juillet. La messe concélébrée par de nombreux prêtres a été présidée par Mgr Muteba au domaine marial de Kasenga. 
L’évêque a remercié Dieu pour d’innombrables grâces reçues pendant cette décennie que le Seigneur a accordée à son peuple. Pour Mgr Muteba, de nombreux signes de la présence de Dieu sont notables dans le cheminement de cette Eglise locale située à la frontière de la RD Congo avec la Zambie. Le plus éloquent de ces signes, a-t-il souligné, est la fidélité du peuple de Dieu dans la foi au Christ Jésus. Le nombre des paroisses est passé, en dix ans, de 14 à 19 pour assurer une pastorale de proximité. Grâce à la solidarité chrétienne, de nombreuses infrastructures ecclésiales et scolaires ont été construites à travers le diocèse, notamment une université technique con…

Clôture du centenaire de l’évangélisation du Kwango

L’évêque de Popokabaka, dans la province du Kwango, Mgr Louis Nzala, a présidé la messe, le dimanche 19 juillet, pour la clôture de l’année du premier centenaire de l’évangélisation du Kwango. Le père jésuite Jean-Baptiste Hanquet a fondé, en 1915, le premier poste missionnaire à Ngowa, dans l’actuelle paroisse Saint Sauveur de Popokabaka. A quatre kilomètres de la cité de Popokabaka, le jésuite avait planté un palmier. Ce palmier existe encore, et l’évêque de Popokabaka y a conduit une visite, le dimanche 19 juillet.
Le diocèse de Popokabaka a été érigé en 1961. L’histoire rappelle que Popokabaka est né du démembrement de la Mission du Kwango confiée aux Jésuites dès 1893. Cinq actuels diocèses en sont issus : Kisantu, Kenge, Idiofa, Kikwit et Popokabaka.

Quatre nouveaux prêtres au diocèse de Kasongo

Les quatre paroisses sur quinze qui n’avaient pas de prêtres au diocèse de Kasongo, dans la province du Maniema, auront peut-être un prêtre bientôt. Le nouvel évêque, Mgr Placide Lubamba, a procédé à sa toute première ordination sacerdotale, le dimanche 19 juillet, dans la cour de l’école primaire Kalima de la paroisse saint Pierre apôtre à Kalima. Les quatre nouveaux prêtres sont : messieurs les abbés Grégoire Kipange, Jean-Paul Kiyele, Justin Kipuyu et Pierre-Claver Seke-Seke. 42 sur les 51 prêtres du diocèse ont imposé les mains sur leurs jeunes confrères. Les fidèles sont venus nombreux, depuis la veille, des quinze paroisses du diocèse. Les paroisses Saint Pierre de Kalima et Sts Martyrs Baganda de Kakutya ont formé la chorale. Le gouverneur de la province du Maniema, Tutu Salumu et plusieurs autorités civiles et militaires ont participé à la messe. Des responsables musulmans étaient aussi présents.

Inauguration du musée Cardinal Malula à Kinshasa

Un musée cardinal Malula est désormais disponible à la maison sainte Thérèse de Kinshasa-Limete. Mgr Donatien Bafuidinsoni, l’un des quatre évêques auxiliaires de Kinshasa, a béni et inauguré le musée le mardi 14 juillet, en clôture de l’année Cardinal Malula célébrée dans l’archidiocèse de Kinshasa à l’occasion du vingt-cinquième anniversaire de la mort, le 14 juin 1989, de l’ancien archevêque. Le cardinal Joseph Malula avait notamment fondé la congrégation des Sœurs de sainte Thérèse de l’enfant Jésus de Kinshasa. C’est pour faire mémoire de leur fondateur que les religieuses viennent d’ouvrir ce musée dans la concession de leur maison-mère non loin de l’église paroissiale saint Dominique de la commune de Limete-Kinshasa.

Ordinations diaconales et sacerdotales dans les diocèses de Boma et de Tshumbe

La saison des ordinations sacerdotales et diaconales a commencé. Au diocèse de Boma, dans la province du Kongo Central, Mgr Cyprien Mbuka a ordonné quatre prêtres et trois diacres, le dimanche 12 juillet, dans l’église paroissiale sainte Thérèse de Lukula. Deux autres évêques ont concélébré à la messe et imposé les mains aux nouveaux prêtres et diacres. Ce sont : Mgr Floribert Tembo, évêque de Budjala, dans la Province de l’Equateur et Mgr Guisser Sandri, évêque de Witbank en Afrique du Sud.

Femme et révélations

Au cœur des jours et des nuits
Femme et révélations
Dans le bus, nous n’avons même pas cherché à nous départager. Nous discutions des révélations, des prophéties et des femmes. Les femmes, plus que les hommes, courent après les prophéties et les révélations. Voilà qui a déclenché la discussion. L’homme qui parla le premier disait avoir fait le tour de la question depuis plusieurs années. Beaucoup d’hommes approuvèrent, quelques-uns nuancèrent. Mais, dans le bus, aucune femme ne protesta. Certaines souriaient et d’autres se renfrognèrent pour contester le sujet à l’ordre du jour. Mais dans le bus, on ne tranche pas les débats. Ce n’est pas l’endroit, et personne ne pense conclure. C’est la discussion à bâtons rompus, si l’on comprend l’expression française.

Empêché de dormir

Au cœur des jours et des nuits
Empêché de dormir

Mon oncle m’avait prévenu : il ne faut jamais, au grand jamais, laisser un malade tout seul. Jamais. Il ne faut surtout pas le laisser fermer l’œil. Jamais. La mort pourrait en profiter pour vous l’arracher, et vous n’auriez plus que vos yeux pour pleurer. Les yeux, il convient donc de les ouvrir et de les tenir bien grands. De nuit et de jour. Et j’ai compris pourquoi, lorsque je tombais malade et que je gardais le lit, des visites s’enchaînaient. Nuit et jour. Et surtout au petit matin. Lorsque la douleur vous a tenu éveillé durant la nuit, il se peut que la grâce d’un léger sommeil vous trouve au lever du jour. Mais vous n’avez pas le droit de dormir alors. Des visiteurs et visiteuses passent s’enquérir de votre état de santé. Comment avez-vous passé la nuit, quel goût avez-vous dans la bouche ? Et quelle tisane il vous faudra boire au courant de la journée… Et bien d’autres conseils de médecins aussi compétents les uns que les autres.

Le clergé de Mbuji-Mayi apprend la médiation et la résolution des conflits

150 prêtres diocésains réunis autour de leur évêque, Mgr Bernard-Emmanuel Kasanda, ont participé, du 6 au 9 juillet, à une session de formation sur la résolution des conflits. Le clergé diocésain de Mbuji-Mayi, dans la province du Kasai oriental, a ainsi réfléchi sur la nécessité du bon usage des moyens de communication sociale afin d’éviter et surtout de résoudre des conflits. Consolider la mission de l’Eglise diocésaine dans la vérité et l’amour, tel était l’objectif visé par le processus entamé depuis l’an dernier et qui a conduit à la nécessité de la session de formation. Des pistes de solutions ont été proposées comme remède aux dérapages maintes fois constatés. L’évêque de Mbuji-Mayi et son clergé ont pris des engagements respectifs pour dissiper des malentendus et renforcer la mission d’annoncer et de rendre témoignage de la miséricorde et de l’amour. Au cours de l’eucharistie de clôture de la session concélébrée dans la cathédrale saint Jean-Baptiste,  des fidèles ont été témoi…

Une chance du village

Au cœur des jours et des nuits Une chance du village
J’ai la chance de compter aujourd’hui un ami d’enfance qui n’a pas eu la chance de poursuivre des études au-delà de l’école primaire. Vous pensez que je fais de l’ironie pour me moquer de lui ou que je suis cynique pour me réjouir du malheur d’un ami. Mais il n’y a justement pas de malheur ici, bien au contraire. Et je m’en vais vous l’expliquer. Nous avons bien éprouvé de la peine, mes amis et condisciples et moi, lorsque notre ami d’enfance, élève intelligent à l’école primaire, n’a pas pris avec nous, ses condisciples, le chemin de l’internat. En ces années-là, l’école secondaire était située à cinquante kilomètres de notre village, et il fallait y vivre à l’internat, et il fallait donc payer beaucoup d’argent. Les parents de notre ami, leurs frères et sœurs, leurs cousins et cousines, leurs oncles et tantes, bref toute la grande famille, en étaient incapables.

L'heure d'ailleurs

Au cœur des jours et des nuits L’heure d’ailleurs
Pourquoi monsieur le directeur arrive-t-il ces jours-ci au bureau une heure plus tôt qu’il ne faut ? Il nous avait habitués à le voir ouvrir son bureau toujours en retard. Certains ont pensé que monsieur le directeur attendait d’abord que les subalternes prennent place sur leurs sièges et qu’ils s’acquittent des préparatifs. Après tout, le chef, c’est le chef. Mais depuis quelques jours, quelle surprise ? Certains se sont imaginé que le directeur pouvait avoir subi des rappels à l’ordre de la part de ses chefs hiérarchiques. Oui, un chef a toujours un chef au-dessus de sa tête.
En réalité, notre directeur a été induit en erreur. Et vous comprendrez aussi pourquoi il a persévéré dans l’erreur.

Le candidat nous a déçus

Au cœur des jours et des nuits
Le candidat nous a déçus
L’homme sur qui nous comptions pour les prochaines élections a retiré sa candidature. Il a demandé de disparaître aussi de toutes les listes de son parti politique. Il a éteint son téléphone. Il a bloqué beaucoup de contacts de son carnet d’adresses. C’est comme s’il avait décidé de s’enterrer vivant. Il doit avoir des raisons sérieuses. Mais mon village tout entier ne veut pas encore lui pardonner. Il a déçu nos espoirs.
Je le connais bien cet homme. Aussi loin que je me souvienne de lui, il n’osait jamais prendre la tête lorsque nous devions, dans notre enfance, marcher à la tombée de la nuit ou nous frayer un passage dans la forêt. Au football non plus, il n’a jamais été capitaine. Il avait trop peur.
Mais mon ami a été un brillant étudiant à l’université. Il a trouvé un bel emploi, plus tard. Il l’exerce à la satisfaction de tous, semble-t-il. A l’admiration de tout notre village, en tout cas. Et nous, ses amis d’enfance, nous av…

Premier congrès national des religieux frères de droit diocésain

Le tout premier congrès national des religieux frères de droit diocésain s’est ouvert le mardi 7 juillet à l’Institut Supérieur de pédagogie catholique de Kinshasa-Lemba sous le thème général : « Vocation et rôle du religieux frère de droit diocésain au sein de l’Eglise de ce temps. » Une cinquantaine de supérieurs généraux et des délégués y participent jusqu’au samedi 11 juillet. Le congrès est organisé dans le cadre de la célébration de l’Année de la vie consacrée par l’Institut Supérieur de pédagogie catholique, ex –Institut supérieur de pédagogie religieuse. La directrice générale de l’institut, sœur Régine Mofila, de la congrégation des Sœurs disciples du divin maître, a prononcé le mot de bienvenue. Elle invite offre aux frères de réfléchir sur leur vocation et de mieux mettre ce don au service de l’Eglise et de la société. Le congrès des frères de droit diocésain se tient sous le patronage de l’Assemblée des Supérieurs Majeurs. Le vice-président national, frère Guillaume Kipoy, …

Dans les bras de sa mère

Au cœur des jours et des nuits Dans les bras de sa mère
La jeune maman tentait de faire taire son bébé. Il pleurait. Il faisait du bruit dans le taxi commun. Et les bonnes manières demandent que l’on ne dérange pas les voisins. La jeune mère se gênait, certainement. Mais comment faire taire un enfant surexcité sans le surexciter davantage ? Les mamans le savent. Comme elles savent beaucoup d’autres gestes essentiels à la vie que Dieu nous donne par elles. Les jeunes mamans l’apprennent, sans aller à l’école. Et qu’a fait la jeune mère dans le taxi commun ? Elle a tiré un bonbon de son sac en main. Elle a enlevé l’enveloppe. Et à ma grande surprise : la jeune mère a porté le bonbon dans sa bouche à elle. Elle s’est mise à sucer. Et j’ai détourné mon regard littéralement dégoûté. Je me suis dit : voilà, elle est si jeune, et elle s’est hâtée pour avoir un bébé dont elle ne sait même pas s’occuper. Elle s’occupe d’abord d’elle-même comme toutes les demoiselles de son âge : elles ne pensent …

L’évêque de Tshumbe recommande la culture de la paix

Le Sankuru est notre maison commune. L’évêque de Tshumbe, Mgr Nicolas Djomo, l’a rappelé, le dimanche 28 juin à Kinshasa, aux ressortissants de la nouvelle province du Sankuru réunis en concertation au centre catholique Bondeko de Kinshasa. Le Conseil des Sages de l'Association "Ankutshu-Anamongo" a invité l’évêque de Tshumbe pour parler en marge du 40ème anniversaire du pèlerinage "Enyamba la Waadi" initié par feu Mgr Albert Yungu, ancien évêque de Tshumbe. Mgr Djomo a rappelé qu’il y a 40 ans, son prédécesseur Albert Yungu avait convié les descendants d’Onkutshu Membele à un pèlerinage sur le site d’Enyamba la Wadi situé près de Katako-Kombe. De ce lieu étaient partis, dans l’histoire du peuple, les trois fils d’Onkutshu Membele pour occuper la terre du Sankuru. Or, Mgr Yungu avait constaté la disparition progressive des valeurs liées à la coexistence pacifique, à la réconciliation et à l’unité. Mgr Yungu conçut donc le pèlerinage pour plonger dans les racine…