Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du octobre, 2015

Le nouvel évêque de Kole évoque les défis pastoraux

Quels défis au diocèse de Kole, situé à cheval entre les provinces du Sankuru et du Kasai Oriental ? Mgr Emery Kibal a été ordonné évêque de Kole le 9 août dernier à Kole. Deux mois après, il souligne le bon accueil reçu du peuple de Dieu et de la population de Kole en général. Catholiques et non-catholiques attendent aussi que le nouveau pasteur apporte le « développement » que l’Etat ne peut leur offrir. Les attentes sont démesurées, estime l’évêque.
Mgr Kibal remercie tous ceux qui ont prié et qui continuent de prier pour le diocèse et pour lui-même. L’évêque attend aussi des gestes de générosité pour relever les multiples défis pour la pastorale du diocèse.

Plagiat et blasphème

Au cœur des jours et des nuits
Plagiat et blasphème
J’ai expliqué à mon neveu pourquoi je n’irai pas à sa soutenance de mémoire de fin de cycle dans son institut d’enseignement supérieur. C’est parce que son mémoire est un vulgaire plagiat. Mon neveu s’attribue des textes qui viennent de quelqu’un d’autre. N’importe qui peut le vérifier sur internet. Mon neveu est un tricheur. Un voleur.
Mais mon neveu n’est pas seul dans le vol. Son directeur de mémoire est complice. C’est le directeur qui a choisi et apporté au mémoire tout le chapitre que j’ai dénoncé comme un vulgaire plagiat. Le directeur est complice, et bien pire. Lors de la séance de défense du mémoire de fin de cycle, le directeur devra donner l’impression d’un travail sérieux. Or, il n’a pas du tout travaillé, sauf si l’on pense que voler est un travail, qui demande de dépenser de l’énergie.

Les Sœurs Servantes du Saint-Cœur de Marie arrivent du Cameroun au diocèse d’Idiofa

En la Journée de la mission universelle, le dimanche 18 octobre, l’évêque d’Idiofa, dans la province du Kwilu, Mgr Joseph Moko, a accueilli une nouvelle congrégation missionnaire, des Sœurs servantes du Saint-Cœur de Marie. 
L’évêque d’Idiofa, qui était en tournée pastorale dans le doyenné d’Ipamu, a célébré la messe sur la place de l’église paroissiale du sacré-cœur de Mangai I, pour l’installation de la première communauté des Sœurs servantes du Saint-Cœur de Marie. Sœur Marie-Paule Ndjom, la supérieure régionale et ses trois consoeurs viennent du Cameroun. Les trois premières missionnaires pour la RDC sont ainsi les sœurs Marguerite Ntsama, Juliette Biemou Latta et Berthe Sandrine Ngono.

L'Eglise catholique de la RD Congo ne participera plus à la désignation du président de la Commission électorale

COMMUNIQUE DE LA CONFERENCE EPISCOPALE NATIONALE DU CONGO (CENCO) AU SUJET DE LA DESIGNATION DU CANDIDAT DES CONFESSIONS RELIGIEUSES A LA CENI
La Plate-forme des Confessions religieuses de la République Démocratique du Congo s’est réunie les lundi et mardi19 et 20 octobre au Centre Interdiocésain à Kinshasa pour procéder à la désignationde son représentant à la CENI suite à la démission de Monsieur l’Abbé Apollinaire Malu Malu intervenue le samedi 10 octobre 2015. Au cours des échanges fraternels entre les représentants des diverses Confessions religieuses commis à cette tâche, il est apparu des divergences notables sur des principes majeurs devant être respectés pour honorer une telle responsabilité confiée aux Confessions religieuses.

Les Sœurs passionnistes fêtent le bicentenaire de leur congrégation

Les sœurs passionnistes de saint Paul de la Croix ont célébré, le dimanche 18 octobre, le jubilé du deuxième centenaire de la fondation de leur congrégation. Dans l’église saint Raphaël de Kinshasa, un passionniste, Mgr Emery Kibal, évêque de Kole, a présidé l’eucharistie du jubilé. Le 18 octobre était aussi le dimanche de la mission universelle. Mgr Kibal a invité les religieuses à la mission, maintenant que le charisme de leur congrégation produit des fruits à travers le peuple.

L’avenir dans le passé d’autrui

Au cœur des jours et des nuits
L’avenir dans le passé d’autrui
Notre avenir n’est pas dans le passé des autres. J’ai prononcé gravement cette phrase lors d’une conversation avec ma nièce vendeuse de pain. Je lui ai expliqué lentement, avec des gestes qu’il faut. Elle a bien compris. Elle souriait, et elle a donné un exemple. Elle a bien compris. 
Elle m’a dit : « Placer son avenir dans le passé des autres, c’est comme ces filles qui achètent leurs sous-vêtements dans la friperie. Elles prétendent avancer dans la modernité, elles ne voient pas qu’elles reculent dans le passé des femmes blanches qui ont porté ces sous-vêtements. Et elles ignorent comment et pourquoi ces vêtements sont arrivés jusque chez nous. Elles manquent de fierté et de dignité. » Ma nièce comprend facilement ce que je cherche parfois difficilement à lui faire comprendre. Elle m’a expliqué que la pratique était de plus en plus fréquente alors même que des vêtements sur le marché et particulièrement la lingerie féminine …

Projet de coiffure

Au cœur des jours et des nuits
Projet de coiffure
Le patron du salon de coiffure l’a écrit de sa main, d’une belle écriture, et il l’a affiché aux murs, en plusieurs copies, à différents endroits pour que les coiffeurs et les clients s’en aperçoivent sans peine. Le patron a écrit : « Le client a le droit de réclamer si la coiffure ne lui plaît pas encore. » 

Mon ami mécontent du résultat que le miroir lui renvoyait a tenté d’exploiter cette affiche pour réclamer ses droits. Le coiffeur était bien mal à l’aise, bien sûr, mais il répondit en toute bonne foi que personne ne couperait jamais les cheveux de sorte à rendre mon ami aussi beau que le jeune chanteur américain représenté sur un large poster, une large photo de publicité. Mon ami présente un début de calvitie ! 

La directrice du centre de santé mentale Telema fête ses vingt-cinq ans de vie consacrée

Le centre de santé mentale Telema, à Kinshasa-Matete, a réuni le personnel, des collaborateurs, des parents des malades pour une eucharistie célébrée le samedi 3 octobre. Les Sœurs hospitalières du sacré-cœur de Jésus fêtaient les 25 ans de sœur Thérèse Ngo Mbog, directrice du centre. A l’homélie, le célébrant a expliqué que la présence de la Camerounaire Thérèse Ngo Mbog au service des malades à Kinshasa ne se comprenait que parce que Jésus l’a appelée à se consacrer à lui voilà vingt-cinq ans. Sœur Thérèse Ngo Mbog elle-même a remercié ses consoeurs, ses collaborateurs, les malades eux-mêmes. Et elle a rendu grâce à Dieu : « Aujourd’hui, après 25 ans de consécration à Dieu, le Seigneur me demande encore comme à Pierre: ‘Pour toi, Thérèse, qui suis-je?’ Oui, Seigneur, tu es tout pour moi. Tu es mon Consolateur ».

Elle mange dans la rue

Au cœur des jours et des nuits
Elle mange dans la rue

Ma nièce vendeuse de pain insiste pour que je fasse comme elle. Que je sorte le plus possible dans la rue, que je quitte les livres et l'ordinateur. Elle m'a conseillé de marcher le plus souvent comme elle-même. Ce que je faisais déjà sans attendre son conseil. Elle bat le trottoir matin et soir, elle rencontre des familles et des individus, et elle est fière de connaître vraiment ses compatriotes et ses contemporains.
Un panier de pain sur la tête, matin et soir, ma nièce va de maison en maison, de rue en rue, au service de clients fidèles. Aux passants, dans la rue, elle vend aussi son pain. Elle dépose alors le panier sur le trottoir, puis le reprend et poursuit son chemin. Des clients fidèles qui l’ont parfois surprise ainsi ont résilié le contrat avec elle. Mais ma nièce ne veut pas changer.

Rentrée académique dans trois institutions religieuses

Les deux nouveaux évêques auxiliaires de Kinshasa, Messeigneurs Donatien Bafuidinsoni et Jean-Pierre Kwambamba ont respectivement présidé la messe et prononcé la leçon inaugurale le samedi 3 octobre dans l’église Notre-Dame de Fatima de Kinshasa-Gombe pour la rentrée académique 2015-2016 de trois institutions d’enseignement supérieur gérées par des religieuses et religieux. L’Institut Supérieur Pédagogique Catholique (-ex Institut Supérieur de Pédagogie Religieuse), l’Université Saint Augustin de Kinshasa et l’Institut Saint Eugène de Mazenod organisent ensemble la rentrée académique, en signe de collaboration. Quelque 700 étudiantes et étudiants, consacrés et laïcs et des professeurs et des supérieurs religieux ont ainsi rempli l’église.

L’Eglise et l’or du Haut-Uélé

Dans la salle des conférences du Centre interdiocésain de Kinshasa-Gombe, le vendredi 2 octobre, le directeur général de l’entreprise minière Kibali Gold, a demandé à Dieu l’unité et la concorde entre les populations de la région du Haut-Uélé, les agents de l’Etat et les agents de l’entreprise minière. Cyrille Mutombo a dit ainsi la prière de clôture de la séance de présentation du rapport élaboré sur l’entreprise minière par deux organisations catholiques : la Commission épiscopale pour les ressources naturelles et l’ONG hollandaise Pax, autrefois appelée Pax Christi. 
La prière d’ouverture a été prononcée par le Secrétaire de la Commission épiscopale des communications sociales, monsieur l’abbé Jean-Marie Bomengola, qui a lu aussi le discours du Secrétariat général de la Conférence épiscopale. Il a rappelé la vision chrétienne du bien commun s’agissant de l’exploitation minière. Il faut trouver un dialogue entre l’intérêt de l’exploitation minière et la dignité humaine et le bien co…