Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du février, 2016

Atelier pour la dévotion des bienheureux Anuarite et Bakanja

Comment promouvoir au mieux la dévotion aux bienheureux Isidore Bakanja et à la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite ? C’est le but poursuivi par le mouvement d’action catholique de la Communuauté des chrétiens laïcs pour la canonisation d’Anuarite et de Bakanja.


Une trentaine de membres de l’association venus de Kinshasa et des anciennes Province Orientale et de l’Equateur se sont réunis en atelier de trois jours en banlieue de Kinshasa, à la Cité de la paix, site dédié à feu le cardinal Frédéric Etsou, ancien archevêque de Mbandaka-Bikoro et de Kinshasa, initiateur de la cause de la béatification d’Isidore Bakanja. Le supérieur provincial de l’ordre des prêcheurs, le père Justin Adriko, a présidé la messe de clôture de l’atelier. Il a recommandé l’appropriation de Bakanja et d’Anuarite par tous les fils et filles de la RDC.

Inongo : un nouveau livre sur les catéchistes

Au diocèse d’Inongo, dans la province du Mai-Ndombe, le rôle des catéchistes, agents pastoraux laïcs, est mis à l’honneur par l’ouvrage récent paru à Paris de monsieur l’abbé Joseph Belepe, ancien recteur de l’Institut de Pastorale catéchétique. L’Institut a été fondé à la veille du concile Vatican II par le premier évêque d’Inongo, Mgr Jan Van Cauwelaert. Monsieur l’abbé Basile Mputu Nzemba aura déployé tout son zèle et son intelligence comme premier recteur de l’Institut. L’Institut a été voulu comme lieu d’une formation ancrée sur le vécu culturel négro-africain. Le fruit de cette formation, ce sont les agents pastoraux laïcs. Que font-ils, par exemple ?

La caverne de David

Au cœur des jours et des nuits
La caverne de David
Le jeune David s’est caché dans une caverne pour échapper au roi Saül qui le poursuivait pour le tuer. David aurait pu se venger et tuer son ennemi, mais il a préféré épargner la vie au roi que Dieu avait choisi. Entre la personne du méchant Saül et la fonction de roi d’Israël, David respectait le roi. Et il deviendra lui-même roi plus tard, malgré ses péchés, ses nombreux péchés. Dieu l’aura ainsi voulu. Le premier livre de Samuel raconte, dans la Bible, que le roi Saül était entré dans une grotte pour satisfaire ses besoins. Or, David et ses hommes en fuite étaient assis au fond de cette grotte. Saül était donc à la portée de son ennemi David qui pouvait le tuer par vengeance. David coupa même un morceau du manteau de Saül. Mais David répondit à ses compagnons qui lui en faisaient la proposition : « Oh non ! Par la vie de Yahvé, je ne porterai pas la main sur lui ! Je ne peux pas faire à mon seigneur une chose semblable car il est l’él…

"Au coeur des jours et des nuits"

Voici le texte des chroniques diffusées quatre fois par jour, de janvier 2015 à janvier 2016, sur Radio Elikya, la radio de l’archidiocèse de Kinshasa en République démocratique du Congo. Les nombreux auditeurs qui ont maintes fois demandé le texte sont servis maintenant par ce livre, alors que l’écrivain continue à écouter et à regarder vivre ses contemporains. Le prêtre Jean-Baptiste Malenge, missionnaire oblat de Marie Immaculée, raconte des paraboles du quotidien, ces histoires tirées de la méditation de la Bible et des rencontres que Dieu ménage « dans la rue ».

Congrès national sur la famille

Un congrès national sur la famille organisé depuis le 17 février au centre catholique Nganda de Kinshasa se clôture le dimanche 21 février sur le thème : « Mariage et Famille en RD Congo : défis et perspectives ». Le congrès organisé par la Conférence épiscopale nationale du Congo marque la fin de la célébration de l’année de la famille étalée sur trois ans en RD Congo, de 2014 à 2016. C’est aussi une manière de faire le point sur les Synodes des évêques sur la famille. L’archevêque de Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo, a présidé la messe d’ouverture dans la cathédrale Notre-Dame du Congo. Dans l’homélie, le président de la Conférence épiscopale nationale du Congo, Mgr Nicolas Djomo, évêque de Tshumbe, avait exprimé le vœu de voir les travaux du congrès aider à redynamiser la pastorale de la famille. Le président de la Commission épiscopale de l’évangélisation, Mgr Philibert Tembo, évêque de Budjala, avait alors souhaité l’enrichissement d’un directoire national pour la pastorale…

Les Filles de saint Paul éditent la "Bible africaine"

La Bible africaine. C’est l’attraction de la foire du livre qui se tient du 20 au 28 février sur l’esplanade en face du Palais du peuple, siège du Parlement, à Kinshasa. La Bible africaine est éditée par les Filles de saint Paul en l’année du centenaire de leur congrégation. Quelle particularité présente cette Bible africaine ? Pour Sœur Godelieve Mastaki, supérieure déléguée du Congo et de la Côte d’Ivoire, cette Bible a la particularité de toucher à la réalité africaine, car elle comporte des introductions, notes et commentaires de biblistes africains.

Vient de paraître aux éditions Baobab : Abbé Florent Mufer Mbala, Stratégies pour le développement en milieu rural en RD Congo

L’expérience nationale et africaine accumulée sur le développement et les nombreuses participations à des sessions en ce domaine ont permis à l’abbé Florent Mufer de proposer, dans ce livre, des stratégies de développement en milieu rural (Cas des Ding orientaux en RD Congo), à l’occasion de son jubilé d’or sacerdotal. Aux générations contemporaines et ultérieures à lire et à appliquer les hypothèses qu’il donne.

Les Sœurs de Santo Domingo clôturent le centenaire de Madre Teresa à Isiro

Au diocèse d’Isiro-Niangara, dans la province du Haut-Uele, les Sœurs de Santo Domingo ont clôturé, le dimanche 14 février, la célébration du centenaire de la mort de leur fondatrice, Madre Teresa Titos Garzon. Pour la circonstance, Monseigneur Sylvain Malitano, Vicaire Général d’Isiro-Niangara, a présidé une messe dans l’église paroissiale Sainte Anne d’Isiro. Il a invité les fidèles à prier pour les Sœurs de la Congrégation de Santo Domingo afin qu’elles s’adonnent toujours généreusement à leur apostolat dans le diocèse d’Isiro-Niangara et partout ailleurs. La supérieure Déléguée Générale pour l’Afrique de la Congrégation de Santo Domingo, sœur Sarah Opota, a rendu grâce au Seigneur pour la célébration du centenaire qui a permis à la Congrégation de s’évaluer et d’entrevoir l’avenir avec espérance.

Rien pour rien ?

Au cœur des jours et des nuits
Rien pour rien?

J’ai apporté un coup de main à deux jeunes gens qui poussaient dans la souffrance une jeep tombée en panne au bord de la chaussée. L’endroit est fort fréquenté. Il fallait au plus vite déplacer le véhicule. J’ai donc prêté mon concours pour le salut public. Le chauffeur a marqué son soulagement lorsque son véhicule a démarré. Et il est parti.
Mais les deux jeunes gens se sont mis à me gronder littéralement lorsque j’allais reprendre mon chemin. Je ne les connaissais ni de près ni de loin. Je ne leur avais rien demandé. J’ai juste rendu service. Mais mon tort, à leurs yeux, était d’avoir pensé rendre le service tout gratuitement. Les deux jeunes gens prétendirent que je me moquais d’eux, que j'avais demandé au chauffeur de s'en aller sans rien payer. En réalité, je n'ai rien demandé au chauffeur, je n’aurai jamais attendu non plus une quelconque récompense pour le geste gratuit de secourir un chauffeur en panne au bord de la chaus…

Kinshasa : Clôture de la Semaine du malade

Dans l'archidiocèse de Kinshasa, la semaine de prière pour les malades s'est clôturée le samedi 13 février par une messe concélébrée au sanctuaire Notre-Dame de Fatima de l'archevêché. Mgr Donatien Bafuidinsoni a présidé la messe concélébrée par deux autres évêques auxiliaires, messeigneurs Jean-Pierre Kwambamba et Timothée Bodika. Le 11 février, les trois évêques et un quatrième, Mgr Edouard Kisonga, ont rendu visite à des malades dans différents hôpitaux. A la messe du 13 février, Mgr Bafuidinsoni a conféré le sacrement des malades à une quarantaine de malades conduits par la coordination diocésaine de la pastorale de la santé. Le coordinateur, monsieur l’abbé François Kajingulu, a concélébré à la messe comme une dizaine d’autres aumôniers d’hôpitaux. La messe a été retransmise par les deux radios catholiques de Kinshasa, Radio Elikya et Radio Maria.

Le bicentenaire des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée célébré à Kinshasa

Le supérieur provincial des Missionnaires oblats de Marie Immaculée en RD Congo, le père Abel Nsolo, a ouvert officiellement l'Année du jubilé pour la célébration des 200 ans d'existence de la congrégation fondée le 25 janvier 1816 à Aix-en-Provence, en France, par saint Eugène de Mazenod.
La messe d'ouverture a été présidée le dimanche 14 février dans l'église paroissiale saint Philippe de Kinshasa-Ngaliema par Mgr Louis Mbwol-Mpasi, évêque émérite d'Idiofa. Une quarantaine de prêtres ont concélébré. La plupart sont des Oblats de Marie Immaculée.

Mgr Louis Mbwol est le tout premier Oblat congolais. Il était maître des novices à Ifwanzondo lorsque le pape Jean-Paul II l'a nommé, en 1984, évêque auxiliaire d'Isangi.

Etre journaliste catholique aujourd’hui à Mwene-Ditu

La célébration de la Journée mondiale de la radio offre l’occasion de réfléchir sur l’identité des journalistes catholiques. Respecter le huitième commandement de Dieu s’impose pour tout professionnel de la communication. Les règles de déontologie des journalistes recoupent bien les droits et les devoirs de la vérité relevés par le huitième commandement. Récemment, des journalistes catholiques de la ville de Mwene-Ditu, au diocèse de Luiza, y ont réfléchi à l’occasion d’une rencontre organisée avec le correspondant de Radio Vatican dans la salle de rédaction de Radio Tutante, la radio catholique de Luiza.

Clôture de l’Année de la vie consacrée à Mwene-Ditu

Dans la partie orientale du diocèse de Luiza, partie située dans les provinces du Kasai oriental et de la Lomami, la messe pour la clôture de l’Année de la vie consacrée a été célébrée à la paroisse saint Martin de Mwene-Ditu le dimanche 7 février. Le père franciscain Antoine Tshia Bukole, délégué de l’évêque de Luiza, Mgr Félicien Mwanama, a présidé l’eucharistie après une procession avec des bougies allumées. Des religieuses et religieux membres d’une dizaine de congrégations se sont donné rendez-vous chez les Sœurs Servantes du Fils de Dieu. Il y avait notamment : des Missionnaires du Christ-Roi, des Sœurs du Cœur Immaculé de Marie, des Frères Serviteurs du Fils de Dieu, de Soeurs de Notre-Dame de Grâce de Tshilomba, des Soeurs de la  Providence, filles de Marie Mère de la sagesse, Petites Soeurs de Nazareth et des missionnaires de Scheut.

Du vin sans messe

Au cœur des jours et des nuits
Du vin sans messe
Ma nièce vendeuse de pain m’a dit avoir participé à une messe qui n’était pas du tout une messe, à son avis. Ma nièce dit se rappeler la catéchèse de son enfance et plus particulièrement l’enseignement du curé sur le vin qui devient le sang du Christ et le pain qui devient le corps du Christ. Ce n’est pas pour cela que ma nièce est devenue vendeuse de pain, mais elle avoue penser souvent, ces jours-ci, à sa première communion. Pour l’unique fois de sa vie, elle avait eu droit au vin devenu le sang du Christ. A chaque fois que le prêtre porte le calice à ses lèvres, ma nièce l’observe, et elle s’aperçoit toujours que le sang du Christ est vraiment de bon goût. La toute dernière occasion d’y penser a été donnée à ma nièce par cette vieille dame venue du village et qui refusait systématiquement de manger toute autre viande dont elle ignorait l’origine ou qu’elle ne connaissait simplement pas. La vieille dame en était arrivée à ne manger que d…

Clôture de l’année de la vie consacrée au diocèse de Kilwa-Kasenga

La Journée de clôture de l’Année de la vie consacrée, le 2 février, a été célébrée sous le signe de la communion entre le diocèse zambien de Mansa et le diocèse congolais de Kilwa-Kasenga, dans la province du Haut-Katanga. Des religieuses et religieux et des prêtres des deux diocèses voisins se sont retrouvés à Kasenga pour une journée de prière et méditation sur le thème : « Vie consacrée et Miséricorde ». Le vicaire général de Mansa, monsieur l’abbé Christian Mwila, a animé la récollection en se basant sur la question de Jésus aux disciples selon les versets 67 et 68 du chapitre 6 de l’évangile de saint Jean : « Et vous, ne voulez-vous pas aussi vous en aller ? Simon-Pierre lui répondit : Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. »

Un nouveau prêtre à Bondo

L’évêque de Bondo, dans la province du Bas-Uele, Mgr Etienne Ung’Eyowun, a ordonné prêtre monsieur l’abbé Ghislain Biatalani, le dimanche 31 janvier dans la cathédrale sainte Croix de Bondo. C’est le huitième prêtre ordonné dans la huitième année d’épiscopat de Mgr Ung’Eyowun. Le diocèse de Bondo compte peu de vocations religieuses et sacerdotales. Une nouvelle ordination sacerdotale est une bénédiction à laquelle l’évêque de Bondo attire l’attention des fidèles.

Des vœux perpétuels dans la Fraternité Balangwa Kristu de Basankusu

Au diocèse de Basankusu, dans la province de l’Equateur, Mgr Joseph Mokobe a présidé une messe, le dimanche 31 janvier, dans le stade saint Charles Lwanga de Basankusu pour les vœux perpétuels du frère Duck Lofete de la Fraternité Balangwa Kristu. Et l’évêque de Basankusu a envoyé en mission le nouveau profès perpétuel. Il lui a remis : une Bible, une machette, la croix de la Congrégation, le texte des Constitutions, les statuts de Caritas Développement et le texte des priorités pastorales du diocèse. A l’homélie, Mgr Mokobe a exhorté les Frères Balangwa Kristu à plus de conscience face à l’identité et à la mission spécifique de leur Congrégation, conformément à la volonté du Père fondateur. La Fraternité est un Institut de vie consacrée de droit diocésain, fondé en 1976 par l’ancien évêque de Basankusu, Mgr Ignace Matondo kwa Nzambi.

Clôture de l'Année de la vie consacrée à Kinshasa

Pour la clôture de l’Année de la vie consacrée, le mardi 2 février, le cardinal Laurent Monsengwo a présidé une eucharistie dans la cathédrale Notre-Dame du Congo. C’était aussi l’occasion de célébrer ses huit ans comme archevêque de Kinshasa. Avec une centaine de prêtres, trois évêques auxiliaires ont concélébré : Messeigneurs Edouard Kisonga, Donatien Bafuidinsoni et Jean-Pierre Kwambamba.















Des centaines de religieuses et religieux sont entrés dans la cathédrale comme par la Porte de la miséricorde. Ils sont venus en procession, avec des bougies allumées depuis la grotte mariale.

Modernité inachevée

Au cœur des jours et des nuits
Modernité inachevée
Dans les villages de la nouvelle province née du redécoupage du territoire national, la pauvreté est visible à l’œil nu. Je veux dire : la pauvreté, vous la touchez du doigt, elle vous saute aux yeux, au simple regard que vous jetez à gauche ou à droite, devant ou derrière vous. Ces villages refusent le développement, doit-on se dire. Et avec raison, malheureusement. On se dit qu’il fallait bien ce redécoupage pour que ceux qui voyaient de loin voient de près les trous à combler et les projets à achever. Il en est ainsi dans les villages de cette nouvelle province comme sur l’ensemble du territoire national. D’ailleurs, bien des pays d’Afrique se ressembleraient par quelque côté, malgré les belles images de la modernité des villes et des capitales. La pauvreté est notre maison commune.

Lubumbashi : Colloque national sur la vie consacrée. Jour 3 et 4

Mercredi le 27 janvier 2016

En cette troisième journée du colloque national sur la vie consacrée, les participants poursuivent ces assises par des conférences et des travaux de réflexions en groupe. Le père Hygien LANDU, prêtre du sacré cœur, dans sa communication, a essayé de relever les défis actuels de la formation initiale et permanente dans la vie consacrée face aux nouvelles cultures. Il a commencé par souligner le lien entre la formation initiale et celle permanente ainsi que leurs enjeux face aux nouvelles cultures qui défient aujourd’hui la vie consacrée dans son ensemble.