Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juillet, 2016

Retraite annuelle à Molegbe

L'évêque de Molegbe, dans la province du Nord-Ubangi, Mgr Dominique Bulamatari, a présidé, le 20 juillet, la messe de clôture de la retraite annuelle à laquelle ont participé une trentaine de prêtres au centre d’accueil des Sœurs Filles de Marie de Molegbe à Pangoma près de la Ville de Gbadolite. Monsieur l’abbé Jean-Paul Kongo, curé-doyen de Molegbe, avait présidé la messe d’ouverture le 15 juillet. La retraite a été animée par monsieur l'abbé Willy Libambu, prêtre de l'archidiocèse de Kinshasa, sur le thème « La vraie conversion au Christ et la pratique de la sainteté ». Monsieur l'abbé Libambu a abordé des sujets tels que le martyre, la vie communautaire, l’argent, la femme, l’obéissance, la pauvreté, le développement et la pénitence pour l’année de la Miséricorde.

Les papas "veuves"

Au cœur des jours et des nuits Les papas « veuves »

Vous avez bien lu. Vous auriez pensé plus correct de parler des veuves en pensant à des femmes, et des veufs, pour les hommes. Mais il ne s’agit pas ici d’une leçon de grammaire française. Ici, il s’agit d’une revendication grave. Le cuisinier du curé de ma paroisse plaidait en faveur de ceux qui étaient comme lui. Il a dit « papas veuves », parce que, dans les propos du curé et de bien d’autres, dans l’Eglise, on ne pense souvent qu’aux « mamans veuves ». Et le cuisinier veuf demandait donc que justice soit faite, pour lui-même et pour tant d’autres qui sont dans sa condition. Pourquoi n’y a-t-il pas de papas veuves ? a-t-il demandé.

Voeux perpétuels chez les Soeurs de la charité de Namur

Dans l'archidiocèse de Kinshasa, le samedi 23 juillet, cinq soeurs de la charité de Namur ont prononcé leurs voeux perpétuels entre les mains de la supérieure régionale du Congo, soeur Aimée-Myriam Kapinga. Ce sont les soeurs Justine Masiala, Pauline Bonobono, Brigitte Mayele, Jacqueline Mupindi et Françoise Musete. Monsieur l'abbé Donatien Nshole, prêtre d'Inongo, a célébré la messe. A l'homélie, il a exhorté les religieuses à la fidélité à l'engagement prononcé en public. Il leur a aussi rappelé le témoignage à porté en tant que religieuses dans leurs milieux de vie et d'apostolat.

La Conférence épiscopale recommande de "tenir ce dialogue dans le courant du mois d’août"

COMMUNIQUE DE PRESSE

1. A  l’issue de notre 53ème Assemblée Plénière tenue à Kinshasa du 20 au 24 juin 2016, Nous, Cardinal, Archevêques et Evêques membres de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), face à la crise socio-politique préoccupante dans notre pays, avons adressé au Peuple congolais un message pour appeler au respect de la Constitution, à la tenue du dialogue, à la prise en compte des souffrances  du peuple et au respect des droits humains. 2. Ce message se voulait avant tout une  exhortation et une mobilisation des acteurs politiques et des leaders de la société civile pour qu’ils empruntent résolument les pistes qui peuvent conduire directement au dénouement pacifique de l’impasse actuelle. Au nom de la CENCO et du mien propre, nous saluons l’accueil favorable qu’a reçu ce message.

Profession religieuse chez les Sœurs de la Providence et de l’Immaculée conception de Champion à Kikwit

Au diocèse de Kikwit, dans la province du Kwilu, les sœurs de la Providence et de l’Immaculée conception de Champion comptent, depuis le samedi 16 juillet, deux nouvelles professes, les sœurs Angélique Mpalakwa et Benita Asimisi. Les deux novices ont prononcé leurs premiers vœux entre les mains de la supérieure régionale, sœur Wivine Kuma-Kuma, qui a aussi reçu la profession perpétuelle des sœurs Aminata Diala et Séraphine Kilianga. Wivine Kuma-Kuma elle-même et ses consoeurs Léa Kibimbwa et Odette Wankie ont reçu la bénédiction de l’évêque de Kikwit, Mgr Edouard Mununu, pour leurs vingt-cinq ans de vie consacrée.

J'ai dansé pour toi

Au cœur des jours et des nuits
J’ai dansé pour toi

Une amie d’enfance me l’a rappelé. Elle a dansé pour moi le jour de ma fête au village. Elle avait dansé pour moi, mais je ne m’en souvenais pas. Tout simplement, je ne l’avais pas remarquée. Je me souviens bien plutôt qu’à onze ans, cette amie dansait comme moi et souvent avec moi. A la tombée de la nuit, le gong et le tam-tam convoquaient le village, et nous étions nombreux à accourir vers la place du village pour commencer, par la danse, nos soirées, surtout pendant les vacances. Les grandes vacances tombaient pendant la saison sèche, et la danse réchauffait beaucoup contre la fraîcheur de la saison. Je me souviens qu’un jour, nous étions du groupe de ceux qui ont accepté spontanément de mener la danse jusque dans le village situé à vingt kilomètres. Il y avait un festival de danse pour toute la contrée. Notre village a remporté le premier prix. Nous en étions fiers. Nous avons bien dansé, nous étions les meilleurs. Mon amie a contin…

Un évêque français ordonne des prêtres et des diacres à Idiofa

Au diocèse d’Idiofa, dans la province du Kwilu, le dimanche 17 juillet, Mgr Gilbert Louis, évêque émérite de Châlons-en-Champagne en France, a ordonné diacres les séminaristes Alain Matabisi, Blaise Zainde, Fany-Stéphane Mungondo, Jules Kitambala et Rémy Katalay. L’évêque a ensuite imposé les mains et ordonné prêtres pour le diocèse d’Idiofa les diacres Ambroise Mupese, Aristide Matalatala, Christian Fwama, Cyrille Mabele, Évrard Kediat et Félix Lekien. C’était au cours d’une messe concélébrée par une centaine de prêtres sur la place de la cathédrale saint Kizito à Idiofa.
L’évêque d’Idiofa, Mgr Joseph Moko et l’évêque émérite Louis Mbwol ont aussi imposé les mains sur les nouveaux diacres et prêtres. Pour Mgr Gilbert Louis, le fait qu’il ordonne des prêtres et des diacres à Idiofa est un signe de communion entre les évêques, successeurs des apôtres, et entre les Eglises particulières d'Idiofa et de Châlons-en-Champagne.

Vœux perpétuels chez les Sœurs de Sainte Marie de Namur à Kikwit

Au diocèse de Kikwit, dans la province du Kwilu, Mgr Marie-Edouard Mununu a présidé la messe, le dimanche 17 juillet, dans l’église saint Etienne de la paroisse du Sacré-Cœur, dans le quartier Kikoti, messe au cours de laquelle la supérieure provinciale des Sœurs de Sainte Marie de Namur, sœur Marie-Brigitte Katona, a reçu les vœux perpétuels des sœurs Bernadette Kalongila, Marie Katona, Angélique Mudiambwa, Vincencia Mpata et Julienne Musanda. A l’homélie, l’évêque de Kikwit a souligné la beauté de la vie consacrée. Et puisque les cinq religieuses étaient accompagnées de leurs parents en marchant vers l’autel,, Mgr Mununu a relevé l’importance de la famille, base de toute vocation. Donnez-moi cinquante couples régulièrement mariés, et je ferai de la sous-paroisse saint Etienne une paroisse, a promis l’évêque.

L'abbé Malu-Malu était "un digne fils de l'Eglise et de la RDC" (Mgr Sikuli)

Monsieur l’abbé Apollinaire Malu-Malu, prêtre du diocèse de Butembo-Beni, décédé le 30 juin à Dallas aux Etats-Unis d’Amérique, sera enseveli le lundi 18 juillet dans un mausolée à Butembo. Il aura été un digne fils de l’Eglise et de la RDC, d’après Mgr Melchisédech Sikuli, évêque de Butembo-Beni, qui rendait hommage à son prêtre le samedi 16 juillet lors des obsèques officielles tenues au Palais du peuple à Kinshasa en présence du président de la République, Joseph Kabila. Monsieur l’abbé Malu-Malu a été président de la Commission électorale du pays. Il a notamment organisé les toutes premières élections générales du pays en 2006. C’est pourquoi de nombreux hommages saluent son expertise et le reconnaissent comme « professeur des élections », qui a beaucoup aimé son pays et lui souhaitait le meilleur.

Réouverture d’un domaine marial à Kilwa

Au diocèse de Kilwa-Kasenga, dans la province du Haut-Katanga, le dimanche 10 juillet, Mgr Fulgence Muteba a procédé à la réouverture du domaine marial Notre-Dame du Lac, dans la paroisse cathédrale Saint André à Kilwa. C’était à la fin de la messe dominicale. L’évêque de Kilwa-Kasenga a béni la statue de la Vierge Marie. Et du parvis de la cathédrale, une procession de quelque 500 fidèles, récitant le chapelet et scandant des chants en l’honneur de la Bienheureuse Mère du Sauveur, a conduit la statue de la Vierge Mère jusqu’à la grotte. Ce lieu de culte marial avait été profané quarante-cinq jours auparavant par des personnes malveillantes, qui s’étaient emparées de la statue de la Vierge, retrouvée plus tard dans une habitation. Cette profanation avait entraîné la fermeture automatique du domaine marial.

L'église et la case cheffale

Au cœur des jours et des nuits L’église et la case cheffale
Comparer l’église du village avec la case cheffale, le prêtre qui a présidé la messe du jubilé d’or de ma paroisse l’a fait. Il en a eu l’inspiration venue du ciel, sans aucun doute. La case cheffale abrite les attributs du pouvoir, et l’église abrite les attributs du royaume des cieux. Il faut le même respect à l’intérieur et autour de l’église et de la case cheffale. La construction de la case cheffale, dans ma tribu, se déroule en une seule journée. Le village entier est obligé d’y contribuer, et l’on apporte rameaux, sticks de bois et cordes et tous les matériaux, et l’on prête ses mains au travail de tous, pour voir, à la tombée de la nuit, les insignes et tous les emblèmes hérités des ancêtres reposer dans la case cheffale. Voilà remplies quelques conditions indispensables pour la validité du pouvoir d’un nouveau chef.

Diocèse de Kikwit : les Sœurs des pauvres de Bergame quittent l’hôpital de Mosango

Au diocèse de Kikwit, dans la province du Kwilu, les Sœurs des pauvres de Bergame ne desserviront plus l’hôpital de Mosango. A l’appel d’un jésuite, depuis 1954, les filles du Bienheureux Louis Palazzolo ont aidé cette « cité de souffrance et d’espérance » contre la lèpre et la tuberculose, puis l’hôpital est devenu une référence. Le 14 juin, la supérieure provinciale, sœur Adolphine Ebu, a remis les clés de l’hôpital à un représentant de l’évêque, Mgr Edouard Mununu. Pourquoi, avec regret, les religieuses quittent-elles Mosango ? Sœur Ebu explique que la vie des religieuses et la gestion de l’hôpital étaient devenues problématiques depuis bien du temps.

“Le Veilleur avertit son peuple » (Cf. Ezéchiel 3,16) APPEL A LA RESPONSABILITE DES ACTEURS POLITIQUES POUR LA SAUVEGARDE DE LA NATION

Message de la 53ème Assemblée Plénière des Evêques de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) Préambule 1. Réunis en Assemblée Plénière ordinaire à Kinshasa, du 20 au 24 juin 2016, Nous, Cardinal, Archevêques et Evêques membres de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), avons saisi cette occasion pour réfléchir sur la situation critique que traverse notre pays, suite au blocage du processus électoral. Cette situation inquiétante qui risque de plonger le pays dans le chaos, interpelle tous les congolais et congolaises, et engage en premier lieu, la responsabilité des acteurs politiques. Solidaires du destin de notre peuple et préoccupés par la tournure des événements, nous avons, dans la prière, tourné nos regards vers le Seigneur, Maître des temps et de l’histoire, pour lui confier notre pays. Mus par cette foi en Dieu, nous adressons cette exhortation à tous les fils et filles de la RD Congo pour un sursaut patriotique en vue de sauver la Nation en danger !

Diocèse d’Idiofa : jubilé d’or de la paroisse saint Eugène de Mazenod de Lozo

Au diocèse d’Idiofa, dans la province du Kwilu, la paroisse saint Eugène de Mazenod de Lozo a célébré, le dimanche 26 juin, ses cinquante ans d’existence. Un fils du village de Lozo-Munene, le père Paul Manesa, vicaire provincial des missionnaires oblats de Marie Immaculée, a présidé la messe concélébrée par une dizaine de prêtres venus du doyenné de Kilembe, d’Idiofa et de Kinshasa.

Sourire de prêtre (Malu-Malu)

Extrait du livre : Jean-Baptiste MALENGE Kalunzu, Prêtre dans la rue, Troisième édition augmentée à l'occasion de l'Année du sacerdoce (2009-2010), Baobab, Kinshasa, 2010, p. 35-38. Sourire de prêtre
Il avait l’air grave le lundi 19 décembre et le jeudi 22 décembre 2005. Certains prétendirent que l’abbé Apollinaire Malu-Malu était triste. Sous le regard du pays tout entier, comment pouvait-on se présenter autrement gai ? A la Foire Internationale de Kinshasa ou au siège de la Commission Electorale Indépendante, il s’agissait d’indiquer les tendances des résultats du référendum populaire organisé sur le projet de la nouvelle Constitution… L’événement était presque inédit dans un pays manquant de culture électorale. L’histoire prenait un nouveau tournant. Pour une fois, le monde parlerait de la RD Congo autrement qu’en comptant des millions de morts résultant de la bêtise des seigneurs de guerre ou des calamités et autres épidémies d’un contexte mal gouverné, mal soigné.

Messe pour l’indépendance et clôture de l’Assemblée de l’ACEAC

Le jeudi 30 juin, Jour de l’indépendance, dans la cathédrale Notre-Dame du Congo, à Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo a présidé une messe pour les 56 ans de l’indépendance du pays. L’indépendance est un don de Dieu, a dit l’archevêque de Kinshasa dans l’homélie, posant ensuite la question de savoir ce que le peuple congolais a fait de cette indépendance. Le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta, posera la même question en guise d’interpellation, lors d’une allocution prononcée en fin de l’eucharistie.