Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du janvier, 2017

Miséricorde et réconciliation au diocèse de Manono

Au diocèse de Manono, dans la province du Tanganyika, l’année jubilaire de la miséricorde décrétée par le Saint-Père François s’est officiellement clôturée le dimanche 22 janvier. Mgr Vincent de Paul Kwanga a alors fermé la porte sainte de la cathédrale sainte Barbe. La région de Manono est en proie à un conflit sanglant entre des membres des populations Bantu et des Batwa. L’évêque de Manono est déjà intervenu à maintes reprises pour la paix et la réconciliation. 
La réconciliation, l’évêque de Manono l’a prêchée aussi pendant la semaine de prière pour l’unité des chrétiens. A l’ouverture de la semaine, le 18 janvier, Mgr Kwanga a célébré la messe à Kabala, dans le territoire de Malemba. Qu’il n’y ait pas de division, car toute division est œuvre du diable. L’évêque de Manono l’a rappelé aussi pour l’Eglise catholique et le diocèse de Manono. L’évêque a célébré publiquement et symboliquement un rite d’accueil dans l’Eglise pour trois laïcs qui avaient participé, voilà dix ans, à un mo…

Lire et se procurer le nouveau livre "La guerre est un crime"

Lisez gratuitement 20% du nouveau livre :La guerre est un crime.(Cliquer ici.) Pour vous procurer le livre (10 euros + frais d'expédition), écrire à l'éditeur : baobab@isemomi.org

La quinzième paroisse de Bunia, saint Paul, est née

La quinzième paroisse du diocèse de Bunia, dans la province de l’Ituri, a été érigée canoniquement le mercredi 25 janvier, en la fête de la conversion de saint Paul apôtre. C’est la paroisse saint Paul du quartier Brazza Lumumba, proche de l’aéroport de la ville de Bunia. 
L’évêque de Bunia, Mgr Dieudonné Uringi, a donné lui-même lecture des décrets d’érection canonique de la nouvelle paroisse et de constitution du curé, monsieur l’abbé Robert de Dieu Londjiringa. L’évêque a remis au curé les différents registres paroissiaux. C’était après l’homélie de la messe concélébrée par Mgr Léonard Dhejju, évêque émérite, Mgr Justin Zanamuzi, vicaire général et plusieurs prêtres venus de tous les coins du diocèse.

L’évêque de Mbuji-Mayi pour la paix et la réconciliation à Kabeya-Kamwanga

L’évêque de Mbuji-Mayi, dans la province du Kasai oriental, Mgr Bernard-Emmanuel Kasanda, a présidé une messe pour la paix et la réconciliation à Kabeya-Kamwanga, le dimanche 15 janvier. L’évêque est allé consoler les sinistrés et célébrer cette messe pour le retour de la paix dans les territoires de Kabeya Kamwanga et de Miabi, en proie à l’insécurité causée par la milice armée du chef Kamwina Nsapu. Les forces armées affrontent des éléments de cette milice depuis plusieurs mois dans quatre provinces du Grand Kasai : Kasai-central, Kasai-oriental, Kasai et Lomami. 
Dans le territoire de Kabeya Kamwanga, les troubles ont poussé la population à fuir ou à se réfugier en brousse, avec toutes les conséquences néfastes sur la vie.

Pour la paix, les évêques du Rwanda et du Burundi s’inspireront de la RDC

La Conférence épiscopale nationale du Congo est un modèle pour les conférences épiscopales du Rwanda et du Burundi dans la mission de bons offices entreprise entre les forces politiques et sociales. Le Comité permanent de l’Association des Conférences épiscopales d’Afrique centrale (ACEAC), réunissant les épiscopats du Rwanda, du Burundi et de la RDC, l’a déclaré au terme d’une session ordinaire tenue du 11 au 14 janvier au Centre Amani de Bukavu, dans la province du Sud-Kivu.
Les évêques ont apprécié les efforts de l’Eglise pour contribuer à la paix et à la réconciliation dans chacun des trois pays des grands lacs africains. L’Eglise de la RDC est parvenue, par ses évêques, à obtenir un accord politique global signé le 31 décembre 2016 entre acteurs politiques de la Majorité et de l’Opposition. La Conférence épiscopale nationale du Congo a ainsi évité au pays de sombrer dans une crise politique grave coïncidant avec la fin du mandat du président de la République Joseph Kabila.

Pour la béatification de Mgr Christophe Munzihirwa, l’archevêque de Bukavu a installé un tribunal ecclésiastique

Dans l’archidiocèse de Bukavu, dans la province du Sud-Kivu, le lundi 16 janvier, le peuple de Dieu s’est mis en prière pour la nouvelle étape qui s’ouvre en vue de la béatification de Mgr Christophe Munzihirwa. Le texte de la prière distribuée demande à Dieu d’agréer l’offrande de sa vie que fit l’archevêque de Bukavu assassiné le 29 octobre 1996. Le fidèle en prière dit attendre dans la confiance que l’Eglise proclame bienheureux le serviteur de Dieu Christophe Munzihirwa. 
On rappelle que le 28 mai 2016, la congrégation pontificale pour la cause des saints a autorisé l’archidiocèse de Bukavu à ouvrir la cause de la béatification de Mgr Munzihirwa. Le 16 janvier dernier, l’archevêque de Bukavu, Mgr François Xavier Maroy a installé un tribunal ecclésiastique pour s’occuper de la cause. Les membres du tribunal ont prêté serment le jour même.

Le tapis rouge de la cathédrale

Au cœur des jours et des nuits
Le tapis rouge de la cathédrale




Nous sommes tous égaux, et tout le monde est assis sur les mêmes bancs, dans les églises catholiques. Je l’ai entendu dire ainsi sur la radio de l’archidiocèse de Kinshasa, Radio Elikya. Vous pensez que cela va sans dire. Mais je suis allé vérifier. 
Dans la cathédrale Notre-Dame du Congo, les bancs sont les mêmes, du premier au dernier. Ils sont uniformes. Et j’ai vu, ce jour-là, que des enfants qui faisaient leur première communion, étaient venus dans l’église habillés en uniforme scolaire. Devant Dieu, nous sommes tous égaux. Les enfants doivent l’apprendre. J’ai pensé à saint Jacques. Il demande qu’il n’y ait pas, parmi les chrétiens, de partialité à cause de la richesse. 
Saint Jacques écrit : «  En effet, s’il entre dans votre assemblée un homme aux bagues d’or, magnifiquement vêtu, s’il entre aussi un pauvre vêtu de haillons, si vous vous intéressez à l’homme qui porte des vêtements magnifiques et lui dites : ‘Toi, assi…

A Kananga, les enfants s’engagent pour la non-violence

Vivre dans le style de la non-violence, c’est l’engagement pris devant Mgr Marcel Madila, archevêque de Kananga, dans la province du Kasai-central, par quelque 8000 enfants réunis le dimanche 8 janvier, pour célébrer la journée diocésaine de l’enfance missionnaire. L’archevêque de Kananga les a réunis dans la cour de l’évêché pour une messe concélébrée par une dizaine de prêtres. Mgr Madila a tenu à donner de l’espoir aux enfants en ces jours de troubles et d’insécurité dans la province du Kasai-central et dans la ville de Kananga. En langue locale ciluba, un enfant a lu un mot de circonstance décrivant la situation dramatique des affrontements armés entre les miliciens du chef Kamuina Nsapu et les forces armées loyalistes. Les enfants ont pris l’engagement de vivre, pour leur part, au quotidien, dans le style de la non-violence, et ils ont demandé que les autorités politiques mettent tout en œuvre pour une paix véritable dans le pays.

L’archevêque de Bukavu recommande une politique autre

L’archevêque de Bukavu, dans la province du Sud-Kivu, a dénoncé la conception de la politique visant l’intérêt et dépourvu de toute moralité. Mgr François-Xavier Maroy s’exprimait lors de l’homélie de la messe présidée dans la cathédrale Notre-Dame de la paix de Bukavu, le mercredi 4 janvier, date de la commémoration des martyrs de l’indépendance, ces citoyens congolais tués le 4 janvier 1959 à Kinshasa alors qu’ils revendiquaient l’indépendance du pays. 
Aux acteurs politiques et aux membres de la société civile, Mgr François-Xavier Maroy a rappelé l’histoire du peuple d’Israël dans ses relations avec Dieu. La religion possède un rôle vital pour susciter et consolider la paix. La religion peut exercer ce rôle parce qu’elle se concentre sur l'ouverture à Dieu, l'enseignement d'une fraternité universelle et la promotion d'une culture de la solidarité.

Invitation à la paix par l’évêque de Bondo

A la messe du Jour de l’an, Journée mondiale de la paix, l’évêque de Bondo, dans la province du Bas-Uele, a exhorté les fidèles à prier et à agir pour la paix au lendemain de la signature d'un accord entre les acteurs politiques congolais réunis à Kinshasa sous les auspices de la Conférence épiscopale.
Dans la cathédrale sainte Croix de Bondo, les fidèles étaient venus très nombreux à la messe du premier jour de l’année 2017. C’était la solennité de la Vierge Marie, mère de Dieu. Mgr Etienne Etienne Ung’Eyowum l’a souligné pour relever le mystère de la présence de Dieu dans l’histoire de l’humanité. L’évêque a ainsi insisté sur la deuxième lecture qui affirmait que le Christ est né d'une femme. Cette femme, c'est la Vierge Marie, Mère de Dieu, Mère de l'Eglise et notre Mère, a insisté l’évêque, invitant les fidèles à prendre Marie comme modèle de la foi au début de l’année nouvelle.

Au coeur des jours et des nuits : Qui a raison et qui a tort ?

Au cœur des jours et des nuits Qui a raison et qui a tort ? De la Majorité au pouvoir et de l’opposition, qui a raison et qui a tort ? Et à quel sujet ? Si le langage radiophonique ne déconseillait pas les silences que l’on n’entend pas, j’aurais laissé aux auditeurs et auditrices quelques bonnes secondes pour les entendre répondre à ma question. Ils auraient tous ou presque répondu que c’est la majorité au pouvoir ou l’opposition et vice versa. Les opinions sont diverses. Et c’est normal. En démocratie mais aussi en toute circonstance où l’on réfléchit.