Accéder au contenu principal

Le cardinal Monsengwo aux jeunes : « Résistez aux appels à la violence »


Résistez à tout appel à la violence. C’est le conseil du cardinal Laurent Monsengwo, archevêque de Kinshasa à quelque 40 000 jeunes réunis le dimanche des rameaux, 9 avril, dans le stade Tata Raphaël de Kinshasa. La journée mondiale de la jeunesse coïncidait avec la dixième journée diocésaine de la jeunesse et clôturait la première semaine des jeunes.

Les trois évêques auxiliaires étaient là : messeigneurs Edouard Kisonga, Jean-Pierre Kwambamba et Donatien Bafuidinsoni. L’évêque émérite d’Idiofa, Mgr Louis Mbwol concélébrait aussi ainsi qu’une centaine de prêtres.
A l’homélie, le cardinal Monsengwo a donné lecture de quelques extraits du message du Saint-Père François pour la Journée mondiale de la jeunesse, sous le thème : « Jeune catholique, deviens artisan et missionnaire de la paix. » C’est ainsi que l’archevêque de Kinshasa en est venu à déplorer l’escalade du banditisme dans la ville de Kinshasa. Il a demandé aux jeunes de ne pas faire comme Judas. Le récit de la Passion du Seigneur a révélé que Judas avait perçu de l’argent pour vendre son Seigneur. Ne faites pas le mal comme Judas, a prévenu le cardinal Monsengwo.
Les jeunes, de tous âges, sont venus de toutes les paroisses et de tous les groupes apostoliques. Il y en a qui sont venus même de la paroisse saint Yves de Kwamouth, à plus de trois cents kilomètres. Le cardinal Monsengwo les a bénis un à un. Ils lui ont offert des produits de leur élevage, agriculture et pêche.
D’autres jeunes, des mal-voyants et des sourds-muets ont assuré les lectures de la messe et les intentions de la prière universelle.
Et pour rappeler que la messe du dimanche des rameaux était bien une messe des jeunes, le jeune prêtre Jean-Pierre Mongambi a donné, à la fin de la messe, un concert de musique rapp. Des milliers de jeunes l’ont accompagné pour chanter sur son rythme le credo et le Notre père. 

Posts les plus consultés de ce blog

Mgr Timothée Bodika, nouvel évêque de Kikwit

L'un des quatre évêques auxiliaires de Kinshasa avant sa nomination, le 19 novembre 2016, comme évêque de Kikwit, dans la province du Kwilu, succédant à Mgr Edouard Mununu.

Né le 1er janvier 1962 à Kinshasa, il a été ordonné prêtre le 1er août 1990 et nommé évêque auxiliaire de Kinshasa le 2 février 2012. Il a été ordonné évêque à Kinshasa le 12 avril 2012.


Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.

L’archevêque de Bukavu recommande une politique autre

L’archevêque de Bukavu, dans la province du Sud-Kivu, a dénoncé la conception de la politique visant l’intérêt et dépourvu de toute moralité. Mgr François-Xavier Maroy s’exprimait lors de l’homélie de la messe présidée dans la cathédrale Notre-Dame de la paix de Bukavu, le mercredi 4 janvier, date de la commémoration des martyrs de l’indépendance, ces citoyens congolais tués le 4 janvier 1959 à Kinshasa alors qu’ils revendiquaient l’indépendance du pays. 
Aux acteurs politiques et aux membres de la société civile, Mgr François-Xavier Maroy a rappelé l’histoire du peuple d’Israël dans ses relations avec Dieu. La religion possède un rôle vital pour susciter et consolider la paix. La religion peut exercer ce rôle parce qu’elle se concentre sur l'ouverture à Dieu, l'enseignement d'une fraternité universelle et la promotion d'une culture de la solidarité.