Accéder au contenu principal

Le diocèse de Basankusu a prié pour la paix dans le pays



Dans les vingt paroisses du diocèse de Basankusu, dans la province de l’Equateur, la messe a été célébrée le dimanche 26 mars, quatrième dimanche de carême, pour demander au Seigneur de jeter un regard de paix et de miséricorde sur la République Démocratique du Congo. Dans la semaine du 19 au 26 mars, des animateurs pastoraux ont été déployés dans des Communautés Ecclésiales Vivantes pour expliquer aux fidèles le contenu du dernier Message de la Conférence épiscopale nationale du Congo intitulé : « Non au Blocage ». Le texte a été traduit en lingala, langue liturgique du diocèse de Basankusu.

La Conférence épiscopale, en communion avec le Saint-Père François, a convié les fidèles catholiques ainsi que les hommes et les femmes de bonne volonté à organiser, le 26 mars, une prière confiante pour la paix et à poser, en faveur des nécessiteux, des gestes de miséricorde spécialement pendant la période préélectorale en RDC.
Lors de l’homélie de la messe de ce dimanche 26 mars, Monseigneur Mokobe a éclairé les fidèles sur la mission des bons offices de la Conférence épiscopale. La mission consiste à offrir aux acteurs politiques et sociaux un cadre propice aux concertations pour un consensus qui privilégie les intérêts de la population et le bien-être.
L’évêque de Basankusu a invité les fidèles de son diocèse à quitter les activités des ténèbres. Par notre baptême, a-t-il dit, nous avons la mission prophétique de les démasquer. Nous sommes devenus lumière avec le Christ pour produire tout ce qui est bonté, justice et vérité. Il nous faut bannir le mensonge, la division, la haine et la cupidité qui causent des guerres et sèment la désolation dans le pays.

Posts les plus consultés de ce blog

Mgr Timothée Bodika, nouvel évêque de Kikwit

L'un des quatre évêques auxiliaires de Kinshasa avant sa nomination, le 19 novembre 2016, comme évêque de Kikwit, dans la province du Kwilu, succédant à Mgr Edouard Mununu.

Né le 1er janvier 1962 à Kinshasa, il a été ordonné prêtre le 1er août 1990 et nommé évêque auxiliaire de Kinshasa le 2 février 2012. Il a été ordonné évêque à Kinshasa le 12 avril 2012.


Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.

L’archevêque de Bukavu recommande une politique autre

L’archevêque de Bukavu, dans la province du Sud-Kivu, a dénoncé la conception de la politique visant l’intérêt et dépourvu de toute moralité. Mgr François-Xavier Maroy s’exprimait lors de l’homélie de la messe présidée dans la cathédrale Notre-Dame de la paix de Bukavu, le mercredi 4 janvier, date de la commémoration des martyrs de l’indépendance, ces citoyens congolais tués le 4 janvier 1959 à Kinshasa alors qu’ils revendiquaient l’indépendance du pays. 
Aux acteurs politiques et aux membres de la société civile, Mgr François-Xavier Maroy a rappelé l’histoire du peuple d’Israël dans ses relations avec Dieu. La religion possède un rôle vital pour susciter et consolider la paix. La religion peut exercer ce rôle parce qu’elle se concentre sur l'ouverture à Dieu, l'enseignement d'une fraternité universelle et la promotion d'une culture de la solidarité.