Accéder au contenu principal

Pâques avec les détenus de Bunia




Au diocèse de Bunia, dans la province de l’Ituri, Mgr Dieudonné Uringi a célébré le Triduum pascal dans la cathédrale Notre-Dame de grâce de Mudzi-Maria. Mais la première messe du dimanche de la résurrection, l’évêque de Bunia l’a célébrée dans l’église paroissiale de Nyakasanza, à quatre kilomètres de la cathédrale. Mgr Uringi s’est rendu ensuite à la prison centrale de Bunia, comme à son habitude, depuis quelques années, à Pâques et à Noël.

Pâques est la célébration de l’amour de Dieu pour l’humanité, a dit l’évêque dans l’homélie, à l’attention des détenus et des membres du mouvement des mamans catholiques venues apporter des vivres aux prisonniers. Pâques doit remplir d’espoir les prisonniers comme le peuple juif que le Seigneur avait fait sortir de l’esclavage en Egypte et à qui il avait fait traverser la mer rouge. 

Que les prisonniers ne se croient pas oubliés. Tous ceux qui mettent leur confiance dans le Seigneur garderont la certitude que le Seigneur les fait passer de la mort à la vie, de l’état d’homme pécheur à l’état d’homme renouvelé par ses grâces, de l’état d’esclave à l’état d’homme libre.
Pour les prisonniers, a souhaité Mgr Uringi, la résurrection sera aussi le passage de conditions précaires et mauvaises à la vraie dignité de l’homme. Que les prisonniers eux-mêmes fassent un examen de conscience sur les causes qui les ont conduits en prison, et qu’ils prennent la résolution de changer. L’évêque de Bunia a interpellé les responsables judiciaires afin qu’ils oeuvrent pour l’amélioration des conditions des détenus. La prison de Bunia a une capacité d’accueil de 200 détenus, mais elle en compte actuellement plus de 1000.

Posts les plus consultés de ce blog

Mgr Timothée Bodika, nouvel évêque de Kikwit

L'un des quatre évêques auxiliaires de Kinshasa avant sa nomination, le 19 novembre 2016, comme évêque de Kikwit, dans la province du Kwilu, succédant à Mgr Edouard Mununu.

Né le 1er janvier 1962 à Kinshasa, il a été ordonné prêtre le 1er août 1990 et nommé évêque auxiliaire de Kinshasa le 2 février 2012. Il a été ordonné évêque à Kinshasa le 12 avril 2012.


Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.

L’archevêque de Bukavu recommande une politique autre

L’archevêque de Bukavu, dans la province du Sud-Kivu, a dénoncé la conception de la politique visant l’intérêt et dépourvu de toute moralité. Mgr François-Xavier Maroy s’exprimait lors de l’homélie de la messe présidée dans la cathédrale Notre-Dame de la paix de Bukavu, le mercredi 4 janvier, date de la commémoration des martyrs de l’indépendance, ces citoyens congolais tués le 4 janvier 1959 à Kinshasa alors qu’ils revendiquaient l’indépendance du pays. 
Aux acteurs politiques et aux membres de la société civile, Mgr François-Xavier Maroy a rappelé l’histoire du peuple d’Israël dans ses relations avec Dieu. La religion possède un rôle vital pour susciter et consolider la paix. La religion peut exercer ce rôle parce qu’elle se concentre sur l'ouverture à Dieu, l'enseignement d'une fraternité universelle et la promotion d'une culture de la solidarité.