Accéder au contenu principal

Purification de l’église saint Dominique de Kinshasa



Dans l’archidiocèse de Kinshasa, l’église saint Dominique est rouverte au culte. Elle avait été vandalisée et profanée le 19 février. Le mardi 4 avril, Mgr Edouard Kisonga, évêque auxiliaire de Kinshasa, a présidé la messe de purification de l’église. Les deux autres évêques auxiliaires, Mgr Donatien Bafuidinsoni et Jean-Pierre Kwambamba ont concélébré, avec une vingtaine de prêtres dont des dominicains qui desservent la paroisse saint Dominique. Parmi eux : le père Bienvenu Nsekoko, supérieur provincial depuis peu. Il était curé de saint Dominique lors de la profanation de l’église, le 19 février.


Mgr Kisonga a consacré le nouvel autel sur lequel devait s’accomplir le sacrifice de l’eucharistie. Lors du rite pénitientiel, au début de la messe, l’évêque a aspergé d’eau bénite non seulement les participants mais aussi le tabernacle, la statue de la Vierge, les vases sacrés, les ornements, les portes et les murs de l’église.

A l’homélie, Mgr Jean-Pierre Kwambamba a donné toute l’explication sur le rite de la purification. L’Eglise catholique et le peuple congolais ont été blessés dans leur dignité. La réaction contre l’acte de profanation n’est pas la haine ni la vengeance contre les auteurs et leurs commanditaires. Au contraire, le rite de purification est aussi une prière de pardon. Le pardon a été offert par toute l’Eglise depuis le Saint-Père François et l’archevêque de Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo. 

La messe de purification de l’église saint Dominique a été retransmise en direct par Radio Maria. On pouvait ainsi rejoindre les échos de tous ceux qui ont vécu ces jours-ci d’autres profanations d’églises, notamment dans les provinces du Kasai et particulièrement dans le diocèse de Luebo. Le vendredi 31 mars, des rebelles ont profané la cathédrale, incendié l’évêché ainsi que le noviciat et d’autres maisons des Sœurs du Cœur Immaculé de Marie de Luebo. 



Posts les plus consultés de ce blog

Mgr Timothée Bodika, nouvel évêque de Kikwit

L'un des quatre évêques auxiliaires de Kinshasa avant sa nomination, le 19 novembre 2016, comme évêque de Kikwit, dans la province du Kwilu, succédant à Mgr Edouard Mununu.

Né le 1er janvier 1962 à Kinshasa, il a été ordonné prêtre le 1er août 1990 et nommé évêque auxiliaire de Kinshasa le 2 février 2012. Il a été ordonné évêque à Kinshasa le 12 avril 2012.


Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.

L’archevêque de Bukavu recommande une politique autre

L’archevêque de Bukavu, dans la province du Sud-Kivu, a dénoncé la conception de la politique visant l’intérêt et dépourvu de toute moralité. Mgr François-Xavier Maroy s’exprimait lors de l’homélie de la messe présidée dans la cathédrale Notre-Dame de la paix de Bukavu, le mercredi 4 janvier, date de la commémoration des martyrs de l’indépendance, ces citoyens congolais tués le 4 janvier 1959 à Kinshasa alors qu’ils revendiquaient l’indépendance du pays. 
Aux acteurs politiques et aux membres de la société civile, Mgr François-Xavier Maroy a rappelé l’histoire du peuple d’Israël dans ses relations avec Dieu. La religion possède un rôle vital pour susciter et consolider la paix. La religion peut exercer ce rôle parce qu’elle se concentre sur l'ouverture à Dieu, l'enseignement d'une fraternité universelle et la promotion d'une culture de la solidarité.