Accéder au contenu principal

Mois marial ouvert à Popokabaka




Au diocèse de Popokabaka, dans la province du Kwango, monsieur l’abbé Innocent Katond est le nouvel aumônier diocésain du mouvement de la Légion de Marie. L’évêque de Popokabaka, Mgr Louis Nzala a présenté le nouvel aumônier à l’ouverture du mois marial, le 1er mai. C’était lors de la messe présidée par monsieur l’abbé Albert Bisweko, directeur du centre pastoral. C’était au mont Bisadi, autour de la croix plantée pour le jubilé de l’an 2000.

Dès 5H00 du matin, une procession priante était partie de la cathédrale sainte famille. La récitation du rosaire était ponctuée de chants à l’honneur de la Vierge. Au mont Bisadi, des jeunes membres des mouvements Bilenge ya Mwinda et Kizito-Anuarite et des élèves des écoles en congé ont rejoint les pèlerins.
Au pied de la montagne, Mgr Louis Nzala a attendu la dernière pèlerine, une religieuse, avant de monter lui-même. Le 1er mai était la fête de saint Joseph travailleur. L’évêque de Popokabaka a invité chacun à travailler pour la gloire de Dieu. Et que chacun accomplisse bien tout ce qu’il doit faire, chaque travail, chaque métier, a-t-il dit.

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.