Accéder au contenu principal

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première








Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

 

Le niveau général des études a baissé, dans le pays, et des aspirantes arrivent parfois sans avoir reçu le sacrement de confirmation. Il faut donc leur assurer cette formation de base de la vie chrétienne, ensuite les envoyer dans un institut pour trois ans d’études. Elles acquièrent alors plus de capacité de réflexion, elles peuvent alors mieux comprendre pour commencer le postulat. Le noviciat (dit séminaire) suivra alors avant le premier engagement dans la vie consacrée.
Les candidates pourront mieux intégrer, dans leur cœur, la formation chrétienne et le charisme vincentien. Quand on se prépare trop vite, on ne récolte pas toujours les fruits mûrs, estime Sœur Jacqueline Gbanga, supérieure provinciale du Congo, dite la visitatrice.
Leur âge aura avancé si elles sont arrivées à 20 ans, mais si elles arrivent déjà âgées de 25 ou 27 ans, par exemple, elles peuvent être dispensées de longues études supérieures.
Sœur Jacqueline Gbanga explique que la nouvelle expérience est tentée aussi ailleurs dans leur institut (compagnie). Une récente rencontre de formation au Kenya en a décidé ainsi pour toute l’Afrique. En Erythrée, par exemple, ce sont des études théologiques qui s’imposent avant toute autre étape.







Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.